Certaines personnes ont une définition bien à elles de ce que serait l'humour, le premier degré serait donc une forme de rebellion face à des assauts répétés sur une ou plusieurs personnes voir une communauté.

Quant au second lui serait une forme d'acceptation et de bannalisation d'incivilités en tout genre, de choses qu'ils n'accepteraient pas eux en temps normal. Il faut que la bonne poire ait de l'autodérision pour les mauvaises pommes qui elles n'en ont pas.

 C'est un peu comme si quelqu'un qui n'aimait pas les radis allait commenter la qualité des radis du marchand de fruits et légumes (pas le sien attention, celui d'un autre marché!)

A titre personnel, j'ai connu quelques humouristes qui savaient faire rire avec des gens qui étaient dans le même état d'esprit et un public qui le lui rendait autrement qu'avec des "ça me dégoute" "ça sent pas bon" et autres provocations dignes d'un Saddam Hussein en herbe de la toile le tout derrière un écran enfin devant parce que derrière... à part les connectiques

 

L'humour consisterait aujourd'hui à railler une personne chez elle qui a des problèmes de santé pour ses problèmes de santé et à la conditionner avec des propos qui se veulent offensants/injurieux, quel public (im)pitoyable.  

 

 

Source: Externe