Source: Externe

Avec le temps on s'adapte avec la douleur, on laisse celle ci se répandre, on essaye de la "gérer" en faisant un peu attention à ce que l'on mange et ce que l'on boit, identifier et proscrire les déclencheurs.

La verité, c'est que le moindre petit écart le moindre excès vous ramène à la triste réalité. Même ce qui est censé vous faire du bien, vous apporter du plaisir ou juste vous occupez l'esprit se revele être nocif voir devastateur.

Pire que la souffrance c'est se voir privé de ce qui pourrait être des sources de "bonheur", la souffrance fait parti de la vie on y est tous confrontés à plusieurs moments de notre vie qu'elle soit physique ou même morale. 

 

On essaye de se convaincre que ce n'est pas si grave du fait que l'on ait pu tenir plusieurs années de cette façon[....]

On observe le même comportement dans son proche entourage, on reproduit les mêmes erreurs.

 

Sortir de l'impasse ? 

Cela impliquerait de faire à nouveau confiance à ceux qui ont contribué à la dégradation de votre état de santé, leur accorder une confiance aveugle et quand vous prenez conscience qu'on vous renifle le cul  24h/24 au moindre pet... même en étant enfermé entre 4 murs par des blancs-becs ou des loups affamés par des gens intolérants c'est inenvisageable.

 

L'historique médical de la famille est déjà assez lourd et pourrait servir d'excuse et quand on imagine que certaines de ses personnes qui vous font du bullying dans votre dos pourraient porter une blouse blanche je vous cache pas que ça donne pas envie ... 

Ils sont plus dangereux que ces gens que vous n'avez pas à fréquenter.